La Chronique des Copains #3 La cuisine de la paresseuse, @Pauline__Simon

Publié le par Happy Food

On continue la Chronique des Copains avec, pour le mois d'avril, un article made in Alain -et non ce n'est pas une blague-. Who's that girl ? Parisienne depuis peu (2 ans), Alain était ma coloc adorée à Bordeaux. D'ailleurs, je suis entrain de me dire que, côté compétences culinaires, j'me tape que des fines-gueules pas douées in the kitchen (mais très douée dans le lavage de vaiselle, tmtc! - sauf toi mélo <3) ANYWAY, Alain c'est ma cops depuis une dizaine d'année (sachant qu'on a 21ans, beh CA FAIT BEAUCOUP) et elle a un rapport très complexe avec la nourriture du genre "j'adore manger du poulet basquaise mais je préfère manger mon caca que d'essayer de cuisiner". Bref, la procrastination des fourneaux, on connait TOUS ça à un long moment dans notre vie !

 

 


Comment manger de bons petits plats sans avoir à toucher à une casserole ?

Chronique d’une paresseuse

 

(Je ne parlerais pas des plats surgelés ou des pizzas etc… Pour moi ce ne sont pas « de bons petits plats » Trop riche en calories et jamais comme indiqué sur la boîte !)

 

photo-1

 

Se nourrir… pour certains- comme notre amie Pauline (HF : notre amie !)- c’est une joie. Cuisine rime avec plaisir, l’Avant : la préparation, Pauline aime cuisiner ; le « pendant », épicurienne Pauline aime manger ; et l’après, d’où la création de ce blog, partager des découvertes culinaires. Mais certains d’entre nous n’ont pas cette passion de la cuisine, et n’aiment que la partie de dégustation! Mais comment faire pour bien se nourrir quand on est allergique à la cuisine, une grosse flemmarde ou que nos talents culinaires avoisinent le zéro ? ou dans mon cas, combo gagnant des trois ?!

 

Il m’a ainsi fallut trouver des alternatives pour ne jamais entrer dans une cuisine. Je vous livre ici mes techniques développées depuis que j’ai quitté le nid familial et enfin clouer le bec aux dictats « femme = cuisinière » (HF : Alain est une rebelle).

 

Commandement n°1 : Avec ton coloc’ tu t’entendras !

 

Etudiant est souvent synonyme de colocation ! Etablissez des règles avec votre coloc’ préféré(e) : tu fais la cuisine, je fais la vaisselle (HF : ça sent le vécu mouahahah) ! Ainsi, vous aurez la joie et le bonheur de déguster de bons petits plats en rentrant le soir en ayant juste à mettre les pieds sous la table ! De plus, si vous vous entendez super bien avec votre coloc’, elle/il vous demandera vos goûts et adaptera les plats selon. Dans le cas contraire, on espère que vous ne ferez pas la fine bouche (on cuisine déjà pour vous, ne faîtes pas le/la difficile).

 

Commandement n°2 : Les conserves et Tupperwares, tu adopteras !

conserves

Quel bonheur de rentrer à la maison après deux semaines de partiels et se faire chouchouter par ses parents/grands-parents/etc… Tellement heureux de nous revoir, ils nous passent tous nos caprices : « Tu veux manger quoi ? » « Mamie t’a fait ton repas préféré pour demain » etc… Oui mais voilà, le retour dans votre 18m2 doit bien se faire un jour ! Prolongez le plaisir : demandez à votre grand-mère de vous préparer des plats à l’avance ! Si vous avez un congélateur, les Tupperwares de bons petits plats vous nourriront plusieurs mois (HF : A noter que la viande rouge, c'est 2/3 mois MAXI au congélo!!) ! Dans le cas contraire, adoptez les conserves !

On ouvre, 1mn au micro-onde et … à table !! C’est nettement mon astuce préférée : pas de cuisine, et les plats rappellent la maison. Ce qui est génial avec les conserves c’est qu’on peut tout stériliser ! Depuis quelques années je sers de cobaye à ma grand-mère : j’ai eu droit à du crumble de pommes en conserve, aux lasagnes, (HF : sans oublier l'excellent dos de cabillaud!!) etc…

Attention parfois aux mauvaises surprises. Une mauvaise stérilisation, et une ouverture de conserve peut – dans le meilleur des cas - embaumer d’une odeur de souffre votre appartement, ou - dans le pire des cas - vous envoyer à l’hôpital pour une intoxication alimentaire !

 

Commandement n°3 : Un job étudiant tu trouveras !

 

Pour les plus chanceux d’entre nous, les parents financent les études, le loyer, les frais de vie… Pour les moins chanceux une partie voir la totalité est à nos frais. Quitte à travailler autant trouver un job sympa où vous pouvez être nourris à l’œil : babysitting, serveuse, boulangère, etc… Non seulement vous serez payé, mais cela vous fera un repas en moins à préparer !

yves

(J’ai trouvé le job de rêve : extra chez le pape de la bistronomie Yves Camdeborde. Petit aperçu des avantages… OUI, je peux choisir ce que je veux à la carte… OUI vous me détestez.)


Commandement n°4 : Des restaurants tu t’octroieras

 

Certes étudiant = restruction budgétaire… Mais même sans être rentier à 22 ans, on a bien le droit de se faire plaisir de temps en temps ! Entre copin(e)s ou avec votre chéri(e) (HF : lolilol Alain!!!), sortez et découvrez votre ville via ses restaurants.

alain.jpg

Les villes regorgent de « petits restaux sympas et pas chers » (recherche google, toi même tu sais !). Bien manger pour 15 euros c’est possible !

 

Commandement n°5 : Ton cercle d’amis tu entretiendras

 

Votre colloc’ est rentré en Dordogne (HF : WTF?) pour les vacances ? Vous vous retrouvez seul et abandonné ? Vous êtes au pied du mur : « hiiiiiii je vais être obligé de cuisiner » Que nenni ! On reprend le commandement n°1, mais avec les amis ! Non seulement cela vous permet d’entretenir votre vie sociale mais en plus vous n’angoisserez pas de faire brûler l’appartement en tentant un risotto! Appelez vos répertoire, et déclarez « ce soir, on s’fait un repas! Qui prête son appart ? » .

 

Attention, pour cette technique il ne faut pas inviter les gens chez vous, ils s’attendront à ce que le repas soit déjà prêt. Invitez-vous !

 

Vous n’aurez ainsi qu’à acheter ce qu’il vous fait plaisir (le blog de Pauline regorge de recette pas chères, piquez dedans !) et décréter une fois arrivé : « J’ai déjà fait les courses, qui se charge de faire la cuisine ? ». Pendant que Marie (remplacez par le prénom de votre choix), s’attarde aux fourneaux, vous n’aurez qu’à siroter du Tariquet (en toute modération bien sur) en racontant votre dernière soirée aux copin(e)s.

 

Maintenant procrastinateurs, finis les raviolis-pas-bon ou les mac dos ! Les flemmards et les handicapés de la spatule ont également le droit de bien manger ! Si les personnes comme Pauline aiment cuisiner, pourquoi leur enlever ce plaisir ? Ce serait égoïste…Faisons ce que nous savons faire de mieux : manger ! Laissons le reste aux autres.

 

twitter

 

 Retrouvez @Pauline__Simon sur twitter !

Publié dans Spécial Etudiant !

Commenter cet article